L’installation d’un plancher chauffant se suit habituellement de la pose d’un revêtement adéquat au-dessus de ce dernier, le choix du revêtement se fait en fonction de plusieurs critères dont la taille et l’utilisation de la pièce, et d’un point de vue technique, il est indispensable de déterminer les spécificités du bâtiment, s’il s’agit d’un logement privé, d’un espace public, d’une construction à usage professionnel ou industriel ou autre afin de prendre en considération l’épaisseur la conductivité thermique du matériau choisi.

Les types de revêtement en fonction de chaque utilisation

Il existe essentiellement cinq différents types de revêtement, ayant chacun des caractéristiques distinctes que ce soit en rapport avec l’aspect pratique ou bien avec l’aspect esthétique ;

  • Le carrelage est le revêtement qui représente la meilleure alternative grâce à son excellente conductivité thermique et une épaisseur de 20 mm qui largement suffisante pour laisser la chaleur se répandre.
  • Le parquet en bois est considéré comme étant un bon isolant thermique qui est susceptible de freiner la transmission de chaleur, ce qui oblige une pose collée avec une résistance thermique maximum de 0,15.
  • Le béton ciré est le revêtement le plus convoité en ce moment, il est constitué d’une base de chape liquide de pigments dont le polissement donne un effet de béton ciré, mais il risque de se dilater et de se fissurer a cause de la chaleur si la pose n’est pas effectué correctement.
  • Les sols souples et plus particulièrement le linoléum qui est le revêtement de prédilection qui s’adapte au mieux aux planchers chauffants grâce à sa résistance chimique contre l’usure, les agents chimiques et la chaleur, mais compatible uniquement si la colle utilisée y est adaptée.
  • Les sols stratifiés et les moquettes même s’ils sont plus économiques représentent l’alternative la moins intéressante.

Les types de revêtements qu’il faut éviter

Tous les types de revêtements ne sont pas indiquer pour recouvrir un plancher chauffant et parfois l’intervention d’experts certifiés s’avère nécessaire pour déterminer le matériau qui répond aux besoins réels en termes d’utilisation et de qualité ;

  • La moquette, est contre indiqué car autant qu’isolant thermique par excellence, elle empêche la transmission de la chaleur qui peut conduire sa détérioration.
  • Tous les revêtements en fibres végétales doivent être évités à cause de leur haute sensibilité aux variations d’humidité.
  • Le parquet, n’est pas une éventualité à exclure totalement, mais elle nécessite la prise en compte de deux paramètres importants, d’une part une bonne maîtrise de la pose et d’autre part une excellente étude du plancher chauffant.

plancher chauffant

Les conseils pour la mise en œuvre d’un plancher chauffant

La pose d’un plancher chauffant et ensuite d’un revêtement adéquat n’est pas une procédure qu’il faut prendre à la légère, voici quelques conseils pour vous guider au long de ces travaux ;

  • Pour assurer la résistance et la durabilité du revêtement, il faut respecter le temps de séchage nécessaire et effectuer une pose minutieuse.
  • Le temps de séchage minimum pour la chape est de 3 semaines, elle devra être également parfaitement lisse et plate.
  • S’il s’agit d’un système réversible, les différents tests de mise en chauffe doivent être préalablement effectué avant l’installation du revêtement.
  • Avant la remise en fonction du plancher chauffant, il est recommandé d’attendre 48 h afin que la colle ait eu le temps de sécher convenablement.
  • Il est conseillé d’effectuer une souscription à contrat d’entretien au moment de l’installation du plancher chauffant, cela permet de s’assurer d’un entretien régulier et d’un dépannage rapide en cas d’urgence.
  • Dans le cas où le plancher chauffant assure conjointement une fonction rafraîchissante les revêtements de sol en bois stratifié ou collé sont à éviter car d’une part ils diminuent l’efficacité du rafraîchissement et augmentent le risque de condensation.